Les Saintes

Le lundi suivant, nous prenons le bateau pour rejoindre les non moins connues îles des Saintes.
Jusqu'ici, nous avions l'occasion de les admirer de la Basse Terre, mais en seulement 30 minutes de bateau, on y est ! On accoste sur l'île de Terre de Haut (une des îles formant Les Saintes) et dès notre arrivée, on peut admirer la baie classée com
me " l'une des plus belles du monde ". Effectivement l'eau bleue turquoise, la charmante ville colorée et les montagnes toutes sèches ne nous laissent pas insensibles.

Mais avant de profiter de tout ça, il faut d'abord s'occuper de louer une voiture électrique ou un scooter. Comme vous vous en doutez, après avoir sillonné le village, plus aucun moyen de transport disponible... scheiße... Bon ben après tout, cette petite île de 5km² doit être parcourable à pied ! Ouiii bien sûr... Sauf qu'il faisait TREEEEESSS chaud ! Le climat est beaucoup plus sec que sur notre île ! (la pluie nous manquait !) Sans oublier que les routes sont très... comment dire... vallonnées ! Aïe Aïe Aïe... Notre langue pendait par terre... Ouais on en a chié... Hein Isa et Jean-Mi ??! 

On est enfin arrivé à la célèbre plage du Pain de sucre, tout en sueur, on avait qu'une hâte, c'était de courir dans l'eau ! Malheureusement, beaucoup de touristes avaient eu la même idée que nous et la toute petite plage était bondée ! Mais vraiment ! Les serviettes étaient à touche-touche !! C'est pas grave, nous on va dans l'eau. Une fois de plus, on s'est régalé en PMT (palme-masque-tuba), pleins de jolis poissons, pas mal de poissons-trompette et tout et tout. Les gars ont entrepris de faire le tour du pain de sucre à la nage, qui était plus large qu'ils ne pensaient. Après une petite heure de bronzette pour les filles, les gars reviennent enfin tout contents, mais bon, il faudrait peut-être penser à aller manger !

Direction le centre : on savait qu'il nous restait pas mal de route à faire, sous la chaleur... Tant pis, on s'arrête au premier restau qu'on trouve, on avait cro faim. On goûtera donc une salade saintoise composée de crudités mais surtout de boudin, de christophine, d'un pané de lambi, de banane plantain et d'oranges, tout ça dans un décor limite idyllique (avec colibris et sucriers en prime).

Cette fois, il faut vraiment redescendre et traverser ce désert qui nous attend !
Finalement, on le prend avec philosophie et on a eu moins de mal ! On a croisé les fameuses chèvres de l'île, mais aussi une flore bien spécifique de ce milieu, une flore xérophile (comme les cactus). Le village est très fleuri, que c'est joliiii.
Puis on arrive sur la mignonne plage de l'anse Mire. On se baigne rapido, on observe un pêcheur découper les produits de sa pêche (notamment des espadons et des daurades : impressionnants !) et puis il faut déjà reprendre le bateau... Snif snif...

La prochaine fois on s'y prendra mieux pour profiter au maximum de cette jolie île pleine de charme...

Tdc guadeloupe

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site