Plage de Malendure

Située à trois quart d’heure au nord de Baillif, la réserve Coustaud (ou plage de Malendure) ne paye pas de mine, il n’y a quasiment personne. On se balade tout d’abord sur cette petite plage de sable noir, on fait des photos, et là, pleins de crabes jaunes apparaissent et disparaissent lorsque l’on passe devant eux ! Trop drôles, il y en a plein partout mais ils sont plutôt gros à mon goût et au goût de mes orteils qui ont un peu peur de se faire pincer ! On profite de la vie, des vagues, de l’eau transparente à la même température que l’air, on aperçoit aussi les îlets Pigeon au loin, le ciel est couvert mais... on est bien.

Aller plus une minute à perdre, il nous tarde d’essayer notre nouveau matériel acheté la veille ! Armés de notre masque, tuba et palmes, nous voilà jetés dans la mer des Caraïbes à l’affût de toute vie sous-marine. Et nous ne sommes pas déçus, on se rend compte qu’à nos pieds des poissons transparents se prélassent. Quelques mètres plus loin, on tombe sur un gros crabe bleu qui ressemblait plutôt à nos araignées de mer ! On continue, on est comme des gosses, on avance vite avec nos palmes mine de rien. On avance, on avance, et là... à peine 10 minutes dans l’eau que Kildine aperçoit...une tortue marine ! J’appelle Florent qui est parti un petit loin mais le mot tortue ne sort pas, il se contentera d’un « chouis-moi ! » (pas facile à dire avec un tuba...). Quelques mètres plus loin, la petite tortue mangeait les algues, comme si nous n’étions pas là, elle faisait sa vie, juste en dessous de nous. On a eu le temps de bien l’observer, merci gentille tortue... Elle était tellement belle... Un grand poisson bleu s’est joint à nous, il suivait la tortue. Je ne sais pas combien de temps on est resté là à l’observer manger, elle nous a comme obnubilé, envouté. On a fini par partir quand on a vu qu’elle accélérait la nage, elle devait en avoir marre de nous... pas nous !  Nous voilà ébahis au milieu des bateaux, on se redirige lentement sur la plage, nous laissant entrevoir les traces de la cupidité humaine. L’eau est polluée par le plastique, que ce soit couverts en plastique, paquet de lasagnes, bouteilles d’eau et autres canettes. Juste là où vient se nourrir la petite tortue que nous venons de voir...

Nous décidons ensuite de nous poser à l’autre extrémité de la plage. On se baigne tranquillement. Mais une fois que l’on sait ce qu’il se passe sous nos pieds, l’équipement de plongée est vite rechaussé ! Nous voilà donc dans un autre coin, on suit la digue et 5 minutes après, une centaine de poissons se dévoilent devant nous. Surtout les poissons avec un liseré et la queue jaune. Ils se laissent porter par le courant. Puis on trouve un rocher de coraux... waouh ! Un rocher tout simple d’environ 1m50 sur 1m50 avec plein de coraux différents... De toutes les formes, de toutes les couleurs, il faudrait faire des dessins pour se rappeler ce qu’on a vu, ça nous faisait penser à l’Océarium du Croisic. C’est tout pareil, sauf que... c’est la vraie vie... Des poissons zébrés blancs et noirs, des longs, des rikikis, l’un était comme un poisson clown sauf qu’il était noir et jaune (le préféré de Kildine), des oursins violets avec des piquants de 30 cm, des anémones comme dans les dessins animés, il y avait je ne sais combien d’espèces de poissons différents.

Il commence à pleuvoir, mais on reste dans l’eau, on n’a pas froid, mais on ne voit pas très loin lorsque l’on sort la tête de l’eau. Une espèce de brume se tamise au loin et les gouttes d’eau tombant sur la mer nous empêche de voir au près. Et là, pour la première fois depuis 2 jours, chose impensable encore hier, Kildine a eu froid ! On est donc sorti de l’eau mais les serviettes étant restées dans la voiture là-bas, nous étions trempés, nos fringues étaient trempées, quand il pleut, ça ne fait pas semblant !

Peu de temps après, on y retourne ! Florent revient en faisant signe qu’il a trouvé une tortue, une plus grosse. Waouh... Le souffle coupé, elle était tellement énorme et tellement près ! Elle nous a fait la joie de remonter respirer à la surface. Pfiou... Elle paraissait encore plus énorme, et nous tout petits. On a pu admirer son superbe plastron, sa tête, sa nage, et puis Kildine n’a pas pu s’empêcher de rire en voyant sa petite tête sortir de l’eau ! Trop mignonne ! On l’a suivi et puis elle nous a semé...

Puis nos estomacs criant famine, on se dirige vers une petite camionette. Sur la carte les « bokits » nous intriguent, on n’a quand même pas fait 6000 km pour manger un sandwich jambon-beurre ! C’est parti pour un bokit. Il s’agit donc d’une sorte de brioche ronde frite avec ici à l’intérieur une omelette, du jambon et du fromage. Et bien ma foie, très bon ! Copieux, chaud et un peu grassouillet, c’est tout ce qu’il nous fallait !

Et l'après-midi, nous irons sur une autre plage, de galets cette fois, on ne vous raconte pas tout histoire de vous garder quelques surprises tout de même Clin d'œil

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site