Voyage au coeur de la forêt

Deuxième jour avec les parents, ambiance totalement différente : on plonge cette-fois dans la forêt tropicale. Un jour, la mer, le lendemain les terres !

Alors que Florent part au boulot (ben oui il faut bien !), nous on part, direction les hauteurs : les chutes du Carbet. Sur la route, plus on avançait, et moins il faisait beau... On se dirigeait tout droit vers le gros nuage gris... Les mines commençaient à se crisper jusqu'à... ce qu'on arrive dans la forêt ! Waouh ! La route serpentueuse (et pas très large), nous mène directement dans un monde de verdure, de végétation démesurée, de lianes et d'humidité. Bon là, c'était vraiment bien humide ! Mais franchement, c'est une des facettes de la Guadeloupe qui mérite aussi d'être découverte. Parce que oui, ici il pleut (Quoi ?! il pleut en Guadeloupe ??), mais il ne fait pas froid, il n'y a pas de vent, un bon k-way et on peut quand même en profiter, c'est différent de notre climat breton.

Une fois arrivés à destination, c'est parti pour 3h de marche aller-retour (normalement...). Qui dit chutes d'eau, dit dénivelé, qui dit dénivelé dit ça va grimper les zamis ! Et effectivement... fastoche au début, puis ça se complique et finalement, on finira sur les rotules !! On a bien crapahuté, sérieux ! Même Kildine qui commence à être habituée aux chemins déglingués, celui-là... il était pas mal ! On a eu droit à une bonne pluie tropicale aussi à un moment... Kildine avait dit à tout le monde de prendre son k-way mais... avait oublié le sien... Criant
Pendant tout le trajet, on a eu un super paysage, certes on avait aucun panorama (et oui on était dans les nuages) mais on était totalement immergés dans la jungle, dans la nature et les parents ont grave kiffé la végétation (pour les moins jeunes, ça veut dire les parents ont apprécié la verdure Langue tirée
). Ils ont surtout été surpris (totale découverte), ébahis par la taille des plantes (en hauteur et en largeur) et ont adoré les fleurs, en particulier les balisiers que l'on trouvait à l'état sauvage un peu partout le long du chemin. Malheureusement avec l'humidité, nos photos sont floues...

Ce sont enchaînés escaladage, crapahutage, grimpage, passage à gué (passage d'une rivière les pieds dans l'eau) pour enfin arriver en bas des chutes du Carbet ! Alléluia ! Finalement on ne verra pas le haut de la cascade, caché dans les nuages, mais rien que le bas c'était impressionnant. On s'est aventuré au pied de la chute et ben on peut vous dire, qu'on avait froid et surtout qu'on ne s'entendait plus...

On a finalement mis... 3h rien que pour l'aller !!!! (oui oui alors qu'il était prévu de faire 3h aller-retour). SAUF qu'il était maintenant plus de midi, que nous n'avions pas emmené nos piques-niques avec nous et qu'il fallait qu'on se retape 3h de descente l'estomac creux. On n'a pas fait les rigolos... Soulagement une fois arrivés à la voiture et en plus, avec un temps dégagé.

On s'installe tranquilou sous un carbet pour manger notre pique-nique, seuls au monde. Seuls ? Non, il y a d'abord eu les Sporophiles (des oiseaux) qui nous ont rejoint avec comme objectif de nous chaparder quelques bouts de pain, puis un oiseau à l’œil bizarre (que Kildine n'avait jamais vu) et enfin... une mangouste ! Les mangoustes ce sont des espèces de belette qu'on ne voit que très furtivement traverser un chemin. Sauf que là, elle venait tout près de nous ! Elle aussi attirée par la nourriture, n'hésitait pas à s'approcher pour un petit bout de sandwich au pâté. SUPER ! Puis un petit, beaucoup plus craintif, s'est joint à nous. Voir des mangoustes d'aussi près, c'était assez inespéré !

Une fois notre faim assouvie (ou pas), on s'arrête au Grand étang. Un paysage tout de vert, c'était joli. Isabelle et Jean-Mi ont aussi pu faire connaissance avec les anolis (ces lézards plus ou moins verts qui gonflent leur gorge). Quelques photos et on repart. On finira la journée au Fort Delgrès (rien à voir avec les chutes !) et au jardin du boulot de Florent à la découverte des fruits guadeloupéens.

Une bonne journée quoi ! Bon, le lendemain les filles marchaient comme des vieilles ("aïe aïe aïe ma cuisse", "je n'arrive plus à tendre mon mollet !", "comment je fais pour me relever ?") Et les courbatures qui font super mal ont duré pendant plus de 3 jours...

PS : Je vous interdis formellement de vous moquer de nos coiffures...

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site