Weekend mangrove

Samedi 1er février

Balade avec une association

Aaah enfin le weekend ! Du repos, de la farniente et des grasses mat’... Et ben non ! Ce matin, levés 5h30 !! Et oui à l’occasion du weekend des zones humides, nous avons prévu une randonnée avec une association à Morne à l’eau, soit à 1h30 de chez nous...

On arrive donc à 7h14 pétante au point de rendez-vous, et on ne partira qu’à 8h10... A la guadeloupéenne... Heureusement, une petite mamie nous a fait la discute (et continuera de suivre Florent pendant toute la rando !). Le thème de la rando : la prairie humide. La guide, une scientifique à la retraite, nous expliquera pas mal de choses sur le rôle écologique et culturel des prairies. On s’est ensuite dirigés à la lisière entre la prairie humide et la forêt marécageuse (devenant par la suite la mangrove). Là pareil : petit cours de botanique, de phytoécologie et d’histoire guadeloupéenne. Très intéressant.

C’est ensuite que ça s’est compliqué... En effet puisque notre guide ne trouvait plus son chemin ! En attendant, on papote tranquillement entre nous mais on a vite compris que la présence d’une vingtaine de personne n’était pas du goût de tout le monde... Enchaînant cabrioles et meuglements, Monsieur le bœuf nous a bien fait comprendre qu’on se trouvait sur son territoire. On s’est donc gentiment décalés et on a continué à bavarder quelques mètres plus loin.

Finalement, la guide ne trouvera pas son chemin... On choisit donc de suivre Jacky qui connait un autre chemin. Après avoir passé un pont un peu branli-branlant, second échec : la prairie est totalement inondée... Demi-tour ! On finira par reprendre les voitures pour aller se garer au niveau de la maison de la mangrove, une sorte d’écomusée, mais elle aussi, était fermée pour cause de travaux... Bon ! On découvrira tout de même un cours d’eau envahi de jacinthes d’eau. Alors pour la petite histoire, on avait acheté cette plante flottante aux jolies fleurs violettes pour mettre dans le bassin de notre jardin à Montoir. Ce n’est qu’après qu’on a su qu’elles étaient envahissantes (comme les laitues d’eau)... Là sur ce canal, impossible de passer en kayak ou en barque ! On avait du mal à croire qu’il y a de l’eau en dessous ! On finira la randonnée là-dessus, on fera nos adieux, puis direction le temple de la consommation : Destreland !

Alors Destreland, c’est un grand centre commercial, comme Atlantis pour ceux qui connaissent. Ce ne sont pas forcément nos lieux favoris mais on devait aller à Décathlon acheter du matériel pour les missions terrain de Florent. On se souviendra par la suite que Baie Mahault est l’épicentre du chikungunya... Et nous, on va dans l’endroit le plus peuplé du coin... On n’a pas été très malins sur ce coup là !

Enfin bref, on rentrera sous les coups de 19h, avec personne sur la route (tout le monde restant chez soi pour économiser son essence). Merci les grèves des stations essence !

 

 

Dimanche 2 février

Balade en kayak dans la mangrove                                        => VIDEO <=

Rebelote, on se lève à 6h30 pour RETOURNER à Morne à l’eau, à 1h30 de chez nous ! Et ce, en pleine grève des stations essence... On a serré les fesses ! Enfin surtout Florent pour aller au boulot toute la semaine. Finalement on arrive pour 8h40, avec personne sur la route.

Et oui, nous allons enfin voir les mangroves côté eau, en kayak des mers ! En l’honneur du weekend des zones humides, un parcours a spécialement été conçu pour nous présenter les mangroves. Après des instructions très précises sur le pagayage, c’est en petit groupe de cinq que nous partons à la découverte de la mangrove. Nous, nous avions pris un kayak double, tous les deux en amoureux... On commence donc à pagayer, une première pour nous deux (on avait déjà ramé ! mais pas pagayé !), sur la mer, avec un superbe point de vue sur la ville de « Vieux bourg » qui porte bien son nom.

Et on pagaie et on pagaie, jusqu’à passer par un petit trou dans la végétation qui s’avéra être de la mangrove ! On passe ce petit tunnel et pouf, on arrive au beau milieu d’un « lagon », on était coupés du monde, entourés de petits îlots de palétuviers, il n’y avait plus un bruit, plus aucune vague, l’eau était cristalline, wouah ça faisait du bien ! Sans vous parlez des couleurs, le transparent de l’eau, le vert des palétuviers, le beige des racines et le bleu clair du ciel. Premier contact avec la mangrove : EXTRA ! Après, on passera par plusieurs petits « tunnels », on vagabondera d’îlots en îlots, on apprendra plein de choses.

Par exemple, on voyait des espèces de rochers blancs dans le fond de l’eau. Et bien on apprendra que ce sont des méduses qui vivent comme des méduses et puis un jour, elles piquent du nez et viennent s’enfoncer dans la vase la tête la première et donc ce qu’on voit ce sont ses tentacules. Et elle vivra comme ça tout le reste de sa vie, en anémone ! Extraordinaire, n’est-ce pas ?

On a aussi fait connaissance avec un concombre de mer ! Savez-vous ce qu’est un concombre de mer ? Et bien c’est un petit animal qui vit dans le fond de l’eau, il ressemble un peu à une grosse limace, ce n’est pas spécialement beau mais c’est l’animal le plus pacifique du monde ! Devinez comment il se défend... Il envoie un petit jet d’eau, trop choupinou ! On l’a pris dans nos mains, il était un peu raide et puis il s’est détendu petit à petit, il s’est ramolli et lorsqu’on l’a retourné, il avait la trace de nos doigts sur son ventre ! Florent est littéralement tombé amoureux de ce petit animal, c’est devenu son animal préféré !

Et puis on a aussi vu des étoiles de mer, rien à voir avec celles de chez nous. Lorsqu’on l’a prise dans nos mains, on a été surpris par sa lourdeur ! et puis ça pique ces petites choses là !

On s’est ensuite arrêté sur une plage, la plage de Babin, où nous avons fait un petit tour histoire de se dégourdir les jambes puis on est rentrés, à contre-courant, on en a chié il faut le dire... Mais à l’arrivée, un bon petit planteur frais (rhum + jus de goyave) nous attendait !

Cimetière de Morne à l’eau

Avant de quitter Morne à l’eau, nous avons été jeté un coup d’œil à son cimetière (inscrit dans le guide touristique de la ville...). Effectivement, ça valait le coup d’y aller ! C’est totalement différent de nos cimetières français. L’ambiance était un peu glauque...
Quand on est rentré on a d’abord été interloqués par les grands caveaux. Ça ressemblait à des maisons miniatures : avec des marches, une porte, un balcon. Tout est recouvert de faïence et on a vu les fameuses tombes en damier noir et blanc, que l’on retrouve assez souvent.
Et puis inversement, entre les sépultures assez grandioses, on trouve des tombes formées uniquement d’un amas de pierres surmonté d’une croix... Parfois elles présentaient des traces de cire de bougies consumées.

Autre fait différent de la France, les cimetières ne ferment pas, il n’y a pas d’horaires, ni de portes. Les tombes sont disposées directement face à la rue, il n’y avait pas de murs ici. Du coup, il est squatté, on retrouve des bouteilles et des déchets à l’intérieur même du cimetière. Bof bof !

Plage de Babin

La plage de Babin nous ayant fait forte impression le matin même, on y retourne pour pique niquer. Il n’y a que très peu d’endroit dans le Grand Cul-de-sac marin pour se baigner puisque tout le littoral est recouvert par la mangrove. Babin n’est pas une « plage » comme on pourrait se l’imaginer, puisque ce sont surtout des cailloux (du tuf) qu’on trouve ici et pas de sable mais de l’herbe.

On mange et on se fait une petite balade digestive dans la mangrove. Un chemin en caillebotis installé par le Conservatoire du littoral (big up big up !) permet de se balader au sein même de la mangrove. Sympa ! On peut admirer de plus près les grosses racines, les pneumatophores (qui permettent aux arbres de respirer) et puis les crabes de mangrove !

Après tout ça, on se jette à l’eau ! Sauf que, cette plage est reconnue pour ses bains de boue, du coup le fond était tout vaseux. Berk berk. Florent a fait sa petite chochotte « ah nan, moi je ne me baigne pas là ! » mais siiii aller viens ! On terminera la journée en se prélassant dans l’herbe sous un petit cocotier.

Super weekend, mais le lundi matin sera dur dur !

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×